Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 

 

 

 

Carlos Núñez 

Le chantre de la Mer Celtique

Photo ouverture : Xurxo Núñez

Philippe Cousin

Carlos Núñez, le plus célèbre des musiciens galiciens vient de publier son dixième album Celtic Sea. Nous sommes allés à sa rencontre à Saint-Pol-de-Léon dans le nord Finistère et l'avons interrogé afin d'en savoir plus sur ce tout nouvel opus.

 

Photo : Xurxo Núñez

Depuis 2009, il n'avait sorti que deux anthologies en 2012 et en 2014, suivies de la réédition en 2021 de son premier album A Irmandade Das Estrelas. C'est dire s'il revient en force avec la publication de  Celtic Sea.

Carlos explique. "J'ai écrit un livre de 600 pages sur les musiques et la culture celte, intitulé La Hermandad de los Celtas. J'ai fait de nombreuses recherches avec des musicologues et différents spécialistes du monde scientifique. Nous avons découvert des instruments sur lesquels jouaient les bardes celtes il y a 2000 ans. Nous avons également beaucoup appris à partir d'un manuscrit gallois très ancien, Ap Huw, qui contient des mélodies et des harmonies jouées par les anciens Celtes. Ils utilisaient le système binaire, ouvert et très moderne. Ce qui explique pourquoi, la musique celtique est si vivante de nos jours".

"J'ai aussi écrit un autre livre sur Ricardo Portela qui avait collecté la mélodie Aires de Pontevedra, un morceau joué par tous les pipe bands aujourd'hui.

J'ai fait un travail très profond sur les ornementations, cet héritage des techniques, de la façon de jouer. Un travail commencé quand j'avais 18 ans mais que je n'avais pas eu le temps de finir. Mais que la pandémie et les confinements successifs m'ont permis de finaliser".

Et puis Carlos a aussi étudié les relations entre Beethoven et les musiques celtiques.

"Un travail que l'on a présenté avec l'Orchestre National de Bretagne. On vient de le jouer à Paris et cela a été enregistré par Deutsche Grammophon".

 Le but de Celtic Sea était de composer un hymne pour la Brittany Ferries, une symphonie qui soit un voyage vers tous les pays celtiques.

"Pour cette symphonie" reprend Carlos, "on a travaillé avec un rythme commun à tous les pays celtes, le bagpipe rythm. Un système rythmique qui existe en dans tous les pays celtiques.

On a travaillé avec des harmonies provenant de la musique des anciens bardes. Notamment ce manuscrit gallois du moyen-âge. Un système d'harmonie en usage quand les anciens Celtes utilisaient des lyres, des harpes et des cornemuses. Des systèmes de composition très anciens qui ont évolués dans la symphonie. Un voyage dans l'espace et dans le temps, pour lequel on a utilisé des instruments très anciens"

Photo : Philippe Cousin

J'ai demandé à Carlos comment il a eu l'idée d'écrire une symphonie. Il m'explique que l'an passé en Bretagne, Brittany Ferries célébrait ses 50 ans à Morlaix. Il avait été invité à jouer au concert et à la fin de celui-ci, le directeur de la compagnie maritime lui a suggéré de composer un hymne pour synthétiser la philosophie de Brittany Ferries qui connecte les populations de tous les pays celtes entre elles.

"On a commencé à travailler au début 2023. On a pensé à toutes les destinations de la Brittany  et on en a ajouté quelques unes que la compagnie ne dessert pas: le Pays de Galles, l'Écosse... C'est vrai que la composition a été rapide" reconnaît-il, "mais tout le processus de recherches était déjà fait, grâce au travail pour mon livre".

 "Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'opportunité de vivre une expérience  comme celle-là. C'est un album pensé pour les bateaux de Brittany Ferries. Lors d'une traversée en bateau, on a le temps d'écouter la musique. J'espère que ma symphonie aura une ouverture à l'international. Pas seulement pour faire plaisir aux Galiciens ou aux Irlandais. Des touristes de toute l'Europe voyagent à bord (Allemands, Italiens...). Ce voyage atlantique est une occasion unique de réveiller les connexions interceltiques de notre histoire.

Brittany Ferries poursuit une tradition de 10.000 ans de navigation entre tous les Finistères celtiques. Cet album, cette symphonie, c'est un hommage à l'interceltisme. C'est aussi un hommage à des musiciens comme Alan Stivell ou Dan Ar Braz et à mes maîtres des Chieftains et Paddy Moloney. C'est en quelque sorte les retrouvailles d'une grande famille. C'est ça l’esprit interceltique".

 Pour Carlos le voyage en bateau est très important. Naviguer sur la Mer Celtique lui permet de découvrir de grands horizons. C'est dans cette mer qu'il a trouvé l'inspiration pour sa symphonie.

"La Mer Celtique peut être très forte avec une énergie incroyable" s'enthousiasme-t-il. "Elle peut avoir une magie ou une mélancolie. Elle peut aussi être gaie, ensoleillée. Elle ne génère pas forcément une musique triste. J'ai décidé de donner un peu de ce soleil, cette énergie positive.

Naviguer me permet de sentir les grands horizons. Dans le morceau Mare Brittanicum par exemple, il y a une dimension épique. C'est très important de naviguer, voir des baleines en arrivant en Bretagne, ou le lever du soleil sur les côtes d'Irlande. Je ressens une émotion indescriptible".

 J'interroge Carlos afin de comprendre pourquoi la Mer Celtique revêt une telle importance pour lui.

"Il y a des milliers d'années la Mer Celtique a rendu possible la connexion entre les peuples. Il existe des traditions de navigation depuis la préhistoire. On sait qu'il y avait déjà des échanges depuis l'âge du bronze. Chaque mer donne une énergie, une poésie particulière et donc une musique différente. La Mer Celtique est la muse de tous les musiciens celtes. C'est l'élément le plus important de ce phénomène que l'on appelle l'interceltisme".

Pour conclure Carlos, quels sont tes projets ?

"En ce moment, on est en train d'écouter les enregistrements du concert avec la musique celtique de Beethoven. On doit décider si on en fait une vidéo ou un album.

Et puis on va faire une grande tournée qui passera par la Galice, la Catalogne et l'Espagne, par la Bretagne, par la cathédrale Saint-Patrick de Dublin en janvier, et également le Royal Concert Hall de Glasgow durant le festival Celtic Connections."

 

Site internet : www.carlos-nunez.com

Concert : www.naiadeproductions.com