Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 


PUBLICITÉ

André Gladu

Simplement humain

Philippe Krümm

Dans cette période pas très claire pour notre petite planète des mots s’emploient à tort et à travers : Humanisme est de ceux là. La définition du Larousse en est : “Philosophie qui place l'homme et les valeurs humaines au-dessus de toutes les autres valeurs.”

Et bien, sachez que ce mercredi 12 Septembre 2018 un homme s’exprimait à la Grande Rencontre de Montréal dans le cadre du festival du film “Bobines et bottines”.

Gilles Garand nous parle de l'oeuvre d'André Gladu - Photo P.Krümm

Il nous parla d’une série de films qu’il réalisa de 1976 à 1980 avec en particulier Michel Brault cameraman/réalisateur et Claude Beaugrand preneur de son tout terrain. Des documentaires consacrés “Au patrimoine musical vivant des cultures et peuples francophones dépositaires d’une partie de la mémoire de l’Amérique : Les Québecois, les Cadiens,( On préfére dire Cajun NDLR) Les Franco-américains et les créoles.”

Dans ses commentaires face à de grandes affiches (reproductions des pages du catalogue des productions de Nanouk films à propos de la série : le Son des Français d’Amérique) Notre homme était parfois très ému en revivant des moments importants de sa vie, des rencontres déterminantes comme celles entre autres avec le violoneux Louis “Pitou” Boudreault où celle avec l'incroyable personnage du film le “Quêteux de Tremblay” et comme disait William Tremblay, le quêteux en question, à qui l’on proposa un hébergement digne de ce nom, alors qu’il vivait seul à 76 ans dans le bois, dans une cabane à sucre, sans eau, sans électricité… : ”Mieux c’est mieux !”

Le Quêteux de Tremblay et un de ses incroyables violons. photo DR

Phrase qui aujourd’hui avec d’autres entendues lors de sa vie de rencontres sont pour André Gladu la base de la prise de conscience de la richesse des savoirs transmis de générations en générations dans la grande communauté des peuples du monde.

Ouf ! Il ne me reste plus qu’à introduire une citation d’Edouard Glissant : Chacun de nous a besoin de la mémoire de l’autre, parce qu’il n’y va pas d’une vertu de compassion ou de charité, mais d’une lucidité nouvelle dans un processus de la Relation. Et si nous voulons partager la beauté du monde, si nous voulons être solidaires de ses souffrances, nous devons apprendre à nous souvenir ensemble. »

Et tout de suite ma petite causerie prendra de la hauteur…La prochaine fois Franz Fanon… « Si tu ne veux pas l'homme qui est en face de toi, comment croirais-je à l'homme qui peut être en toi? »

André Gladu face à l'image de Pitou Boudreault - Photo P. Krümm

En résumé André Gladu n’a pas besoin de cela, mais c’est tout cela en un seul homme. Un jour il devrait sortir un recueil de notes, d’observations, de reflexions sur toutes ses années de quête…Cet ouvrage sera de toutes évidences un texte important. On pourra sans nul doute y trouver des citations à placer dans les articles.

Mais sans flagornerie aucune, c’est plus qu’un plaisir d’écouter et de voir le travail d’André Gladu.

Le 30 octobre 2017 le Comité Consultatif International de l’Unesco à Paris inscrivait officiellement la série documentaire Le Son des Français d’Amérique au registre « Mémoire du monde » à l’Unesco. Outre une belle reconnaissance officielle, cela donne les moyens et la résonnance à l'unique série de documentaires pour qu’en ce moment les centaines d’heures de tournages et les 27 films soient numérisés sous La houlette de la cinémathèque avec Éléphant - mémoire du cinéma québécois-, Quebecor et restaurés par Marie-Josée Raymond et Claude Fournier.

Les trois premiers films, comme neufs, seront projetés à la Cinémathèque québécoise le 4 décembre prochain : Pitou Boudreault Violoneux (Québec)- Faut pas l’dire (Acadie)- Les Créoles (Louisiane)

Et André Gladu fut en 1975, l’un des créateurs de La Veillée des Veillées, moment fondateur pour le revivalisme de la musique traditionnelle québécoise et la prise de conscience du “Peuple Québécois” pour son histoire et son futur.