Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

ETHNOTEST VIII

Prêt à porter

Epistémologix

Chez les Romains, quand un empereur succédait à un autre, on gardait la statue du précédent, mais on remplaçait sa tête par celle du nouveau. Ça formait un tout qui avait l'air cohérent. Personne ne protestait. Pourtant, dans la vérité de la vie, chaque personne a un corps qui va avec sa tête.

 

Soyons romains : je vous donne la statue, vous lui imaginez des têtes successives. La statue, en béton ciselé, c'est le texte suivant :

"Avec le groupe des Troubadours de Châtillon sur Gorce, qui n'est plus à présenter, c'est la musique moyenâgeuse du XVIème siècle qui était à l'honneur, pour notre plus grand plaisir. Le concert, avec dépaysement assuré et humour garanti en prime, a connu un franc succès. D'autant que le soleil était de la partie et qu'un public enthousiaste était au rendez-vous, dans l'entrain et la bonne humeur. A l'issue du concert, les Troubadours ont fait découvrir à jeunes et moins jeunes les danses moyenâgeuses et le parquet a été pris d'assaut par sarabandes endiablées et pimpants quadrilles, martelés d'un train d'enfer par tambourins et psaltérions, laissant le public épuisé et heureux".

Au poids des mots s'ajoute le choc des photos, légendées "un public conquis et attentif" – parce que la photo montre le public, vous comprenez ? Variante : "sous le charme", variante : "enthousiaste". Sauf si c'est de la musique religieuse, là le public est "recueilli". Dans tous les cas on voit des gens assis, dont l'enthousiasme n'est pas évident à l'image,, mais bon, on a le droit d'intérioriser sa jubilation. Si les Troubadours jouent devant une salle vide, on met plutôt une photo des musiciens. Légende : "un concert de haute qualité, qui honore la région et le travail remarquable de Dugland et ses Troubadours". Je vous mets au défi de dénicher un article qui dirait : "les Troubadours de Châtillon sur Gorce, groupe médiocre à l'humour un peu lourd, ont réussi à vider la salle des fêtes et l'on reste consterné par la ringardise de leur musique cucul la pral et par la nunucherie de leur animation danse". Même quand c'est vrai, on ne le dit pas. Ce n'est pas une bonne vérité. Si vous me trouvez un tel article, vous gagnez un abonnement d'un an à Télérama (deuxième prix : un abonnement de deux ans).

Avant de ramasser les copies, un peu de tutorat pour ceux qui sont en difficulté : changer la tête, c'est remplacer les Troubadours par La Moulinette ou Chauffe, Marcelte, moyenâgeux par traditionnel, Dugland par Glandu. Gardez le corps, même si la famille le réclame.

Alors je le sais, une question vous brûle les lèvres : "ce texte, ces photos, ça sort d'où ?" Indice : ça se trouve dans un journal. "Mais quel journal ?", demanderez vous. Ouvrez la deuxième enveloppe : si sur la même page vous avez la photo du bœuf primé au concours de Corvol-Dambernard-le-Vieux, la sortie d'église des couples nouvellement mariés et les résultats du concours de pétanque, il s'agit d'un quotidien régional. En revanche, si on y voit Tartempion chiant des merdes dures au diatonique, des gambadeurs sous chapiteau et la tablature d'une scottish intitulée en dro, alors il faut faire d'autres hypothèses. Mais ça ne change rien au corps. On a juste remplacé une tête par une autre. Qui lui ressemble d'ailleurs, à son insu. De sorte qu'on n'est jamais perdu. On reconnaît. On a ce qu'on attendait. La question, c'est : pourquoi on attend ça ? Question annexe : est-ce qu'on ne pourrait pas attendre autre chose ?

D'accord, les problèmes, il y en a. Prenez la Victoire de Samothrace. Son visage nous est mal connu. Et puis son corps se prête mal au dîner de têtes. Refilez-lui la tronche de Dugland ou Glandu, ça fait disparate. Peu crédible. Raison pour laquelle ce n'est pas elle qu'on choisit pour les trombinoscopes. On l'occulte. Et pour lui greffer la tête de la Vénus de Milo, on manque de bras : il faudrait un sculpteur. Qui soit grec. Et du Vème siècle. Faute de quoi il faut se tourner ver les archéologues. Donc des intellectuels. Donc des chieurs. Non, moi je trouve qu'on devrait changer le corps chaque fois qu'on change la tête. Ça formerait un tout original, crédible et toujours différent. On aurait des reporters parlant vrai, dans le Courrier du Hurepoix comme dans l'Echo des Celtes. Des plumitifs de l'arène. Des toreros pour qui Mickey, c'est pas seulement les deux oreilles, mais aussi la queue. Et en découvrant une tête à claques, on saurait qu'en dessous il y des fesses à botter. Après, c'est une question de goût personnel. A chacun de dire ce qu'il pense. Sans tourner sept fois sa langue de bois dans la bouche d'un public qui n'a qu'à la fermer. Sans jamais mordre.