Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 



 

Ethnotest

Tradition et conservatoire : ce que pourrait être le point de vue de Deschiens

Epistemologix

Bonjour, mon gars Bruno Locher. Comment tu t’appelles ?

- Ben, je m’appelle Bruno locher.

- C’est pas joli. Quel âge as-tu ?

- J’ai trente ans.

- Tu fais plus. Qu’est-ce que tu veux faire comme métier ?

- Je voudrais enseigner dans un conservatoire ou dans des écoles de musique ;

- C’est très bien, ça ! tu as donc une vocation d’enseignant ?

- Non, non, pas du tout. Mais le conservatoire a besoin d’enseignants, il y a des postes à pourvoir et pour les occuper, il faut être enseignant.

- Mais pourquoi le conservatoire ? C’est l’institution qui te plait ?

- Non, non, pas du tout. D’ailleurs je n’y connais rien et puis c’est pas mon truc.

- Alors pourquoi aller enseigner au conservatoire ?

- Parce qu’il y en a un pas loin de chez moi, ça serait pratique comme trajet. Et puis ça me permettrait de gagner ma vie, l’idéal ce serait un petit logement de fonction, avec un bout de jardin et une place de parking pour ma voiture de service. Un supermarché pas trop loin, peut-être un Macdo. Et puis surtout, j’aurais un statut officiel, je serais reconnu.

- Mais pour ça, il faut des diplômes.

- Eh bien on n’a qu’à me diplômer, c’est pas compliqué. Je ne demande pas la lune.

- Tu te verrais diplômé en quoi ? En solfège, en danse classique, en histoire, en ethnologie ?

- Non, non, pas du tout, je n’y connais rien et d’ailleurs ça ne m’intéresse pas.

- Dans ce cas, en quoi va-t-on bien pouvoir te diplômer ?

- J’aimerais qu’on crée pour moi un diplôme en école buissonnière.

- Ah bon, tu es compétent là-dessus ? Tu as toi-même beaucoup séché les cours ?

- Non, jamais, mais justement : ceux qui sèchent les cours perdent toute chance d’obtenir un diplôme et moi, ce que je veux, c’est un diplôme. Ça éliminerait tous ceux qui ont fait l’école buissonnière et du coup je n’aurais pas de concurrents pour le poste.

- Très bien, mon gars Bruno Locher. Mais pour être un enseignant crédible en école buissonnière, ne faudrait-il pas que tu apprennes aux élèves à sécher tes cours et dans ce cas, pourquoi en faire ?

- Eh bien, mais parce qu’il y a des postes vacants au conservatoire et que moi, j’ai besoin d’être reconnu, je ne vois pas où est le problème : personne ne sèchera mes cours parce que l’école buissonnière sera une matière obligatoire, avec un examen au bout et un contrôle d’assiduité. Ceux qui sècheront seront collés comme étant incompétents.

- Incompétents en quoi ?

- Incompétents en école buissonnière.

- Ça paraît logique, c’est sûrement faisable. Bravo, mon gars Bruno Locher, je crois que tu as tout compris sur le fonctionnement de notre société.