Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

Joutes Musicales de printemps - 3eme

Faut qu’ça chauffe !

Dans les rues, sur les places, à la fraternelle, à l’église, au théâtre de verdure et dans la cour carré du Fort Gibron… Avec le soleil revenu la musique était magnifiquement là.

Le menu de ce deuxième jour des joutes était bien grassouillet !

Petit florilège de la journée

Aux premières heures était la Fanfare de la Redonne « Outil militant festif ». c’est un puissant combo animé par un sousaphoniste des plus dynamique. L’homme du cuivre donnant lors d’un moment magique, le solo, à une très jeune Léonie au jazzoflûte. Juste parfait !

Leonie au Jazzoflûte avec la fanfare - Photo Bill Akwa

Difficile de tout voir, mais autre moment unique la prestation de Julie Garnier dans l’église, annoncée comme « troubadours et trouvères et éclats d’impros ». Miss Garnier c’est d’abord une voix qui en ouverture, se promenant dans les allées de la charmante église, jongle, joue avec les résonnances du lieu de sa voix, de ses « cris » qui ne sont pas sans faire penser aux joiks Sami. La voix est multiple, parfois rauque, souvent angélique. Puis pour s’accompagner, hors quelques grelottières, ce sera avec une shruti box. La magique boite indienne à bourdons. Puis une première. La dame de Bourg en Bresse s’harnache d’une cornemuse à 5 bourdons accordables !!! Réaliser sur commande par le luthier anglais Jonathan Swayne. La bête ne semble pas évidente à maitriser. Il faut dire que c’était une de ses premières sorties. Mais outre quelques subtiles couinements incontrôlés, le résulta dans la résonnance d’une église est remarquable. La spatialisation (oui encore un mot que j’aime bien) est remarquable. Conclusion : un beau succès et beaucoup d’étonnement pour un auditoire aux anges !

Julie Garnier et sa cornemuse - Photo DR

Pose ! Discussion avec Raul Barboza : « des sons et des chants des oiseaux de la forêt au chamamé ». Cet homme est unique. Nous le reverrons sur scène plus tard.

le spectacle Lunacello - Photo Bill Akwa

À la fraternelle le spectacle Lunacello enchaine, avec Eugénie Ursch violoncelle et voix et Mingo Josserand aux claviers. La route annoncée : Du Maghreb aux Balkans. Le voyage sera riche en créations, en envolées lyriques juste comme il faut. Le dialogue entre le piano, le violoncelle et un peu d’électronique sonne juste et génère de belles images. La fraternelle est comble. Il fait « 50 degrés » au loin sonne les balances des pygmées sur la scène du Théâtre de verdure.

On ne peut pas être partout et refaire le monde – des musiques- avec toutes les connaissances présentes, mais on ne s’en prive pas. Oh ! Déjà Raul Barboza est annoncé au théâtre de verdure. La nuit tombe avec la fraicheur. Le parterre est bien rempli. Raul nous raconte ses voyages, ses rencontres, ses croyances. Voilà 30 ans qu’il est en France et cette année il fêtera ses 80 ans ! Lors de ce concert, qu’on le connaisse ou non, on comprend que ce Monsieur est un maillon essentiel dans le grand concert des musiques du monde. Qui plus est avec son style flamboyant à l’accordéon. Ce qui n’est pas fait pour me déplaire. Triomphe de Raul.

Raul Barboza - Photo Bill Akwa

Depuis des années Camel Zekri (Guitariste, chanteur, compositeur, agitateur du monde de la musique) travaille et fait venir en France ses amis Pygmées Aka de la Lobaye en Centrafrique. Jean-Pierre, Honoré et Prosper sont chanteurs, improvisateurs, danseurs et de véritables hommes de spectacle. Ils savent exactement quoi faire pour faire monter la fièvre dans le public avec leur musique répétitive, sorte de Yodle primaire, mais si sophistiqué qui a conquit un auditoire ne connaissant pourtant rien de ces musiciens et de leur art.

Jean-Pierre Mongoa, Herman Niamolo ( Traducteur), Camel Zekri sur sa Guitare Pygmée, Honoré Gbako, Prosper Kota -Photo DR

Camel est à la guitare. Il les accompagne en douceur et en subtilité. Mais quand il s’assoit sur sa fantastique « guitare pygmées » - chef d’œuvre de lutherie populaire - Il n’est plus Camel le Normand et ses deux mètres, il est bien le quatrième Pygmées. Pour conclure le spectacle, ce sera un fantastique moment d’improvisation et quand Prosper danse, la foule est en transe. Moment fort du festival malgré des « ratés impardonnables » du sonorisateur.

Oups ! Le froid et l’humidité sont maintenant là. Il est Minuit. Mais « Antonio Rivas y sus Vallenatos » va mettre le feu en concluant une riche journée par un bal au son de la cumbia et du vallenato… Irrésistible. L’homme de Colombie est avec chacun dans la foule. Son diatonique crache du feu. Les chaises ont disparues. Le dance floor est incandescent !

Antonio Rivas - Photo Bill Akwa

Nuit ! Demain sera une autre chouette journée. C’est certain.

 

Lors de festival on est souvent, surtout dans les villages, hebergé chez l'habitant, j'ai la chance d'être chez Monique et Jean-Pierre. Jean Pierre étant un artiste sculpteur, peintre. un vrai "patenteux" comme diraient nos amis Québecois.

Jean-Pierre devant une de ses oeuvres "l'oiseau à ressort" - Photo DR