Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

La chanson  de la semaine 

Jean-Pierre Bruneau

C’est bien sûr la « Chanson des Mardi Gras »  un air traditionnel français qui a fait l’objet de profondes mutations musicales et linguistiques à travers le temps et l’espace.

 

Mardi-Gras (mardi 16 février en 2021) est jour férié en Louisiane et, en total contraste avec les défilés urbains de carnaval, les communautés rurales francophones perpétuent, les jours précédant le carême, une fête de la quémande, masquée et déguisée, passablement débridée et héritée de traditions catholiques de la France médiévale. 

Tous les groupes de musique cajun ont à leur répertoire cette « Chanson des Mardi Gras » qui accompagne les célébrations villageoises et dont voici la première version discographique enregistrée en Louisiane dans les années 60 par les frères Balfa avec Nathan Abshire :

 

 

Les Mardi Gras s’en vient de l’Angleterre

Tourne, tourne autour du moyeu

Ca passe une fois par an

Demander la charité

 Quand même c’est une ’tite poule maigre

Des cotons pour ton maïs

Les Mardi Gras c’est pas des malfaiteurs 

C’est juste des chomandeurs (quémandeurs)

Capitaine Sosthéne demande

Oui au maitre et la maitresse

La permission d’entrer

Pour demander la charité…

Au Canada francophone où l’on lorgne de plus en plus vers la Louisiane comme source d’inspiration musicale, cette chanson a fait l’objet d’un étonnante version de la part d’un musicien pop né à Kinshasa (Congo), Pierre Kwenders qui sur son album  de 2017 « Le dernier empereur bantou », la chante en lingala :


 Le Mardi Gras eye mbangu mbangu

Tuna Tata Dumorier

Ako yebisa yo Mokolo

Yango eye Ata otuni ye

Akoloba seko yango

Pierre Kwenders y fait intervenir le plus célèbre rappeur du Nouvelle-Ecosse, l’Acadien Jacobus qui déverse son « flow » en Chiac, dialecte hybride « impur » populaire chez les jeunes acadiens qui mélange syntaxe française avec du vocabulaire et des expressions anglaises.

Drive ma flotte

J’suis sur la rue Main à Mardi Gras

Comme mercredi maigre

J’suis sur mon prepaid

Mon cellulaire de pépère

C’est ça j’ai dit à Mémère

Moi j’suis sur mon Mardi Gras trip

Et maintenant, retour aux sources d’un air qui aura beaucoup voyagé. L’ethno-musicologue et chanteur français Marc Robine (1950-2003) en avait retranscrit l’une des versions d’origine, datant de la Renaissance, interprétée ici par l’ensemble Pastourel qui affectionne les costumes d’époque et fait reprendre en choeur à nos contemporains :

Chapeau de papier pour brûler Mardi Gras

Chapeau de papier pour dire que tu t’en vas…