Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 


PUBLICITÉ

La Grande Rencontre

Jeudi : Jour 2

Philippe Krümm - En ouverture : la famille Schyrer : Mère, père, fille et fils de Colombie -Britanique - Ontario, Photo Philippe Krümm

À la maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville à Montréal les musiques traditionnelles sont à l‘honneur du 12 au 16 septembre.

 

Gilles Garand et Benoit Bourque - Photo Philippe Krümm

Chaque année une soirée commence par la remise de l’Aldor (Un prix créé en 1997 en hommage à l’harmoniciste Aldor Morin). Une récompense  « Pour un porteur de traditions émérite ». Cette année ce fut l’immense Benoit Bourque qui reçu « la chaise qui gigue » des mains du maître des lieux en personne : Gilles Garand. Moment d’émotion !

20H Dans l’amphithéâtre : Première série des grands concerts. Soyons bref. L’ouverture se fait avec le quartet de Jean-François Bélanger et son opus en trois volets ce soir : Les entrailles de la montagne. Jean-François Bélanger est rentré dans la religion du Nyckelharpa en découvrant il y a une quinzaine d’années les suédois de Väsen et le "nyckelharpiste" Olov Johansson. ( Lire la chronique : CLIC )

Jean-François Bélanger au nickelharpa - Photo Alain Chagnon

Aujourd’hui Jean-François Bélanger est passé maître dans le jeu du nyckelharpa, du kontrabasharpa et du violon d’Hardanger. Le monsieur aime les cordes sympathiques.

Le répertoire composé intégralement par Jean-François Bélanger est plus que parfait.

L’homme est un mélodiste inspiré…Presque mystique dans son rapport aux éléments. « Mais voilà t’y pas qu’au centre de la scène on a la droit à un percussionniste roi du gadget (Ici on dirait des bébelles) avec au top de ses ustensiles le "monstrueux" carillon égrainé à tout bout de champ. Soudain, je me prends à rêver que Keyvan ou Bijan Chémirâni prennent la place de tout ce fatras. Et d’un seul coup la formidable musique de Jean-François Bélanger prend tout son sens…Elle prend son envole. Mais ce n’était, pour l'instant, qu’un rêve.

 

Alow - photo Alain Chagnon

Après, vous l’aurez compris un travail musical très personnel entreprit depuis des années par Jean-François Bélanger ce sont les Gallois de Alaw qui montent en scène. Dylan Fowler : guitare, voix - Oli Wilson Dickson : Violon, voix et Jamie Smith : Accordéon voix…Bon, déjà le mix est particulier : La guitare est en avant et l’accordéon plus qu’en retrait (Oui, ce qui me connaisse diront que j’ai un vrai parti-pris pour l’instrument à anche libre). Mais surtout, au fur et à mesure que les morceaux s’enchainent, je ressens comme un malaise. Il me manque quelque chose dans leur musique. Mais quoi ? Il faudra que j’attende les fougueux derniers morceaux pour me dire « Mais c’est bien sûr ! « La drive est bien là, mais ce soir là il manquait la swing » Comme on dit par icitte.

 

Jeremy Kittel, John Doyle et Josh Pinkham - Photo Alain Chagnon

La confirmation viendra très vite avec l’entrée en piste du trio américano-irlandais de Jeremy Kittel au violon. Formation composée de l’époustouflant guitariste chanteur John Doyle et du fulgurant mandoliniste Josh Pinkham. Là ! Tout est dit. Ça envoie grave ! Et ça swing fort. Un trio de feu avec des passages plus lents, chantés, où la voix de Doyle envoute carrément le petit public de passionné sous le charme. Il est minuit la navette pour l’hôtel risque de se changer en je ne sais quoi…À demain.

François, notre chaufeur devant une des fresques de la Maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville de Montréal - Photo Philippe Krümm

Jean-François Bélanger - Photo Philippe Krümm

Josh Pinkham - Photo Philippe Krümm

Jeremy Kittel ( ci-dessus) - John Doyle (ci-dessous) - Photos Philippe Krümm