Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

PUBLICITÉ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Les femmes du banjo, le grand séducteur

Dominique Maroutian - Décembre 2018

photo d'ouverture : Cousin Emmy

Quand on évoque le banjo cinq cordes et ses interprètes, on pense inévitablement à Pete Seeger, le troubadour militant, ou à Earl Scruggs, le virtuose fondateur. Plus par souci de justice que par obligation de respect de la parité, ou aurait grand tort d’oublier tout ce que les femmes ont apporté et continuent d’apporter au banjo.

Il est difficile de savoir si aux XVIII° et XIX ° siècles les femmes esclaves du Sud ont un jour pratiqué le banjo. Tout juste peut-on supposer que certaines ont emprunté l’instrument d’un parent pour accompagner un chant. Comme le fit Elizabeth Cotten dont ce fut le premier instrument, mais qui demeure plus connue pour son jeu de guitare. D’après elle, du jour où elle joua du banjo, sa maison ne connut plus la paix !!

Elizabeth Cotten

 

On sait qu’une certaine Theresa Vaughn, gloire du music hall de la fin du XIX° siècle jouait du banjo. Mais aucun enregistrement ne permet de savoir comment elle en jouait.

Dans les années trente Samantha Bumgarner fut une interprète reconnue du répertoire « old time » tant au banjo qu’au violon. On peut l’entendre ici dans « Fly around my pretty little miss » où elle fait également la « calleuse ». A ce qu’on peut en juger elle jouait en Seeger strum (index tirant vers le haut suivi d’un strum avec les autres doigts).


 

Lily May Ledford

Membre d’un célèbre groupe des années trente et quarante du siècle dernier, se situant à la frontière entre les hillbilly songs (musique de « péquennots ») et ce qui allait devenir le bluegrass, les Coon Creek Girls, Lily May Ledford joue en « clawhammer » . Son style de chant et de jeu semble avoir beaucoup influencé les interprètes modernes.

 

Olla Belle Reed

Quatrième d’une fratrie de treize enfants Olla Belle Reed fut une chanteuse exceptionnelle à la voix grave elle s’accompagnait en style clawhammer de sa région natale, la Caroline du Nord qui, comme son nom l’indique est un état …du Sud … profond. Elle a enregistré plusieurs albums, dans nombre d’entre eux, elle est accompagnée par des musiciens de bluegrass. Une partie de son répertoire est assez triste… voire funèbre : « My epitaph » « He led me to the wrong » « I’ve endured ». Elle demeure une source de répertoire et une référence pour les continuateurs du bluegrass.

 

Cousin Emmy

Show woman naturelle cette blonde énergique fut une star de la radio à la fin des années 1940. Redécouverte dans les années soixante elle se produisit sur maintes scènes et influença beaucoup de musiciens et groupes. Poly instrumentiste elle jouait aussi bien du banjo clawhammer que du violon, de la guitare, de l’harmonica et … du ballon de baudruche !!

 

Hedy West

Hedy West, fille d’un syndicaliste poète chanta dès son plus jeune âge dans les festivals. Comme Pete Seeger elle s’accompagne avec un « long neck » plus propice à l’accompagnement du chant. Elle devint une des figures du « renouveau folk américain » des années soixante. Chanteuse de talent elle fut aussi compositrice et tout le monde connaît au moins une de ses chansons : « 500 miles ». En français « J’entends siffler le train » par Richard Anthony !!

Peggy Seeger

Peggy Seeger est une demi sœur du célèbre Pete. Comme lui, elle joue du « long neck ». Elle enregistra de nombreuses chansons pour enfant. Son style est résolument moderne mélant un accompagnement sobre et efficace et un style vocal original. Après son mariage avec Ewan Mac Call, un folksinger anglais très engagé, elle émigra en Angleterre. Poly instrumentiste, elle joue du banjo, de la guitare, du concertina, du dulcimer, … Toujours vivante elle réside en Grande Bretagne.

Karen Dalton

Karen Dalton est la « Billie Holiday du folk », elle fut la chanteuse préférée de Bob Dylan. La plupart des chansons qu’elle interprétait étaient accompagnées à la guitare douze cordes, mais son interprétation de « Katie Cruel »accompagnée au banjo est particulièrement prenante. Elle disparut en 1993 des suites du sida.

 

   

Laurel Premo

Laurel Premo remarquable instrumentiste, représente parfaitement la lignée des jeunes interprètes s’accompagnant au banjo. Elle n’hésite pas à s’aventurer dans les octaves supérieurs en haut du manche, même sur un fretless, une pratique très rarement usitée dans les styles traditionnels. Elle chante et joue également du violon.

 

Lisa Leblanc

Lisa Leblanc est d’origine canadienne. D’abord interprète de chansons, elle se tourne vers un répertoire un peu plus « folk ». Trustant les récompenses, elle a une carrière internationale. Dotée d’une voix puissante, dans un style assez rentre dedans, elle joue du banjo en seeger’s strum (voir plus haut), ainsi que de la guitare. Sa version de Katie Cruel est à la limite de l’imitation de Karen Dalton. Cependant elle mérite sa place dans ce florilège des femmes au banjo.

Meredith Moon

Autre canadienne, mais de Toronto, Meredith joue en clawhammer un répertoire traditionnel. Bien que jouant sur un instrument d’entrée de gamme elle le fait remarquablement sonner. Coté chant c’est moins bien que les précédentes mais,…Elle a l’avenir devant elle comme on dit.

 

Abigail Washburn

Compagne à la ville d’une star du banjo newgrass Bela Fleck avec qui elle se produit en duo. Abigail Washburna une approche résolument moderne du banjo clawhammer. Connaissant parfaitement le répertoire traditionnel, elle l’adapte en permanence en jouant par exemple en duo avec une cithare chinoise ou en interprétant une chanson de Nick Cage. Elle a également enregistré plusieurs tutoriels de banjo publiés sur YouTube.

 

Sarah Jarosz

Plus orientée vers le bluegrass que vers le traditionnel même modernisé, Sarah Jarosz a une belle voix, pleine d’énergie. Elle s’accompagne en clawhammer avec un banjo spécial à six cordes avec une basse supplémentaire. Elle n’est jamais meilleure que seule avec ce banjo ou une guitare bariton huit cordes ce qui est rare car elle a tendance à être suraccompagnée, carrière exige.

 

Rhiannon Giddens

Vraisemblablement la plus connue des jeunes chanteuses s’accompagnant au banjo Rhiannon Giddens a été un temps membre du groupe « Chocolate drops » composé d’afro-américains et qui a remporté un Grammy Award en 2010. Elle se produit en solo désormais. Sa voix très prenante et son accompagnement au gourd banjo fretless en font une interprète très attachante. Incontournable.

 

Kaia Kater

Cette jeunette de 25 ans chante en s’accompagnant au banjo en clawhammer. Bien que d’origine canadienne, elle s’est approprié le répertoire traditionnel des Appalaches qu’elle interprète avec talent et enthousiasme.

Encore une artiste…à suivre.

 

 

Très certainement certaines figures féminines de la nouvelle scène folk ont été oubliées. Les exemples rassemblés ici témoignent d’une longue lignée d’artistes de talent séduites par le banjo qui est sans conteste un grand séducteur.

 

Lexique :

Clawhammer : littéralement « griffe-marteau » est un style de banjo hérité de techniques africaines où les cordes sont frappées avec le dos de l’ongle ce qui donne un son particulier à l’instrument.

Pete seeger up strum : le grattage vers le haut (sic) les cordes sont attaquées par l’index vers le haut puis par le majeur et l’annulaire ensemble vers le bas.

Ces deux styles sacrifient à l’incontournable séquence rythmique noire croche croche en anglais bum ditty !!