Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 



 

Paimpol, 4 août 2019

Textes et photos François Bensignor - Notre journaliste sans limites !

Si l’on avait pu croire le plein atteint samedi, c’était oublier que dimanche est le jour des familles en sorties récréatives.

 Le port en a vu d’autres et sa capacité d’accueil a encore de la marge. Le Chant de Marin de Paimpol tient allègrement sa place dans la catégorie des plus grands festivals bretons, avec l’Interceltique, les Vieilles Charrues et le Hellfest. Son programme rassembleur sait allier savamment au chant de marin et au meilleur de la scène bretonne des vedettes populaires, portées par les publics de différentes générations.

Ce faisant, il n’a rien perdu de son esprit engagé, collectif et militant. L’implication bienveillante de plus de 1800 bénévoles de tous âges est impressionnante, autant que le soucis de garder aussi propre que possible l’espace du festival. Le partenariat solide établi cette année avec l’association SOS Méditerranée, afin de l’aider à poursuivre l’action indispensable qu’elle mène pour le sauvetage des migrants dans leurs malheureuses traversées, apparaît également exemplaire. La vedette du jour, Bernard Lavilliers, n’a pas omis de le souligner.

 

Bernard Lavilliers - Photo Thomas Dorn

Son show sur la grande scène bénéficiait d’un impeccable son FM. Cette égalisation racée des fréquences tranchait passablement avec le barouf pogotant de Soviet Suprem, sur la même scène quelques heures avant lui. John Lénine et Sylvester Staline ne mettaient pas longtemps à faire sauter un public plus que consentant, tout en le faisant marrer avec leurs blagues à deux balles. Après eux, Goran Bregovic menait son Orchestre des Mariages et des Enterrements avec sa classe habituelle. L’agréable compromis entre trad’ des Balkans et tubes internationaux a le don de balayer toute réticence. Bientôt la foule se laissait aller à gorges déployées sur la petite mélodie entêtante de la chanson du film Arizona Dream interprétée par Iggy Pop : “In The Death Car”.

Nous voilà bien chauffés pour enchaîner sur le Taraf de Caransebes. Avant le concert, Erik Marchand prend le temps de raconter l’histoire de cet ensemble né de sa passion pour les musiques des Balkans.

 

Erik Marchand & le Taraf de Caransebes

Dès 1981, le chanteur voyage au Sud-Est de l’Europe. À l’époque, la dictature de Ceaușescu freine ses envies de Roumanie. « Quand j’allais en Serbie, je regardais la rive roumaine depuis la rive serbe du Danube en me disant que j’aimerais vraiment y retourner. À Noël 1989, je suis allé fêter la révolution roumaine à l’occasion du nouvel an. Poullaouen, [où vit Erik au centre de la Bretagne] parrainait des villages dans l’Est du pays, et je m’y suis rendu : un souvenir assez inoubliable. Après, l’histoire aidant, je me suis retrouvé en Roumanie de l’autre côté du Danube pendant que l’OTAN bombardait Belgrade, en me demandant quand je pourrais repasser la frontière pour aller en Serbie. »

« Dans les Balkans, ce n’est pas seulement la musique que j’aime, mais une manière de vivre, de réagir à la fête. C’est devenu ma destination principale pendant des années. Dès que j’avais quelque temps, je prenais la voiture et je partais pour deux, trois ou cinq semaines au Sud de l’Albanie, au Kossovo, en Macédoine, en Grèce du Nord, un peu en Bulgarie, puis après la révolution en Roumanie. »

 

Constantin ‘‘Costica’’ Olan

 

En tant que programmateur des Rencontres Internationales de Clarinettes de Glomel, Erik Marchand cherche à inviter des joueurs de taragote, la grande clarinette hongroise jouée également en Roumanie. On lui a dit qu’il en trouverait dans la région du Banat. Ayant fait le voyage, tout le monde lui parle d’un jeune prodige : Costica Olan. Pendant ses investigations en plein hiver, Erik passe par un village et voit des musiciens qui se dirigent dans la neige vers une salle des fêtes. Aussitôt, il gare sa voiture et les suit. « Là j’ai trouvé une salle tout à fait conforme à celles de nos fest-noz, avec des gens à la porte qui ramassaient trois pièces. Comme visiblement je n’étais pas du coin, on ne m’a pas fait payer. J’ai pu parler français avec le chanteur du groupe. » Il explique alors au chef d’orchestre le but de son voyage, monte rapidement une formation, qu’il enregistre peu après, en guise de teaser pour le festival.

Les musiciens roumains se retrouvent donc en Bretagne pour l’édition 1989 des Rencontres Internationales de Clarinettes de Glomel. « Comme ils étaient hébergés chez l’habitant, on les a invités aux noces d’or du forgeron de Poullaouen, Lulu Guyou. Ils m’ont demandé s’il serait bien venu de jouer quelque chose. Alors j’ai eu l’idée de leur apprendre une suite de gavottes pour faire danser les gens. Nous l’avons jouée et j’ai trouvé que ça sonnait bien. De là, je leur ai proposé de continuer la collaboration, ce qu’ils ont accepté. »

 

Erik Marchand

C’est la naissance du projet avec le Taraf de Caransebes. Dans le village roumain, Erik va réunir les musiciens pour travailler le répertoire qu’il a construit. « Mon secret de fabrication, mon alchimie, c’est d’écouter énormément de musique, d’aller à la rencontre de beaucoup de musiciens et de voir là où il peut y avoir des proximités [avec le répertoire breton]. Elles ne sont pas forcément au niveau des lignes mélodiques, mais sur certains styles de détaché, certaines manières de penser. Mon but est d’arriver à trouver, par exemple par rapport aux types d’ornements que je peux faire à la voix, comment on va pouvoir les traduire en banatais. Il s’agit de traduire des techniques vocales en techniques instrumentales. Mon maître Emmanuel Kerjean avait déjà fait le contraire : il avait “piqué des plans” à des sonneurs pour les traduire en musiques vocales. »

 « Quand je suis arrivé à Caransebes, j’ai vu les capacités qu’avaient les musiciens et j’ai décomposé tous les petits ornements que je faisais à la gorge pour qu’ils puissent les faire dans un système purement banatais, le limbas. C’est un des secrets de fabrication de notre rencontre. Mais c’est surtout une rencontre humaine. Plus tard, je me suis aperçu que Costica et moi avons les mêmes manières d’accentuer les mêmes contretemps là où on ne les attend pas. Nous avons une sorte de fraternité dans le jeu qui est particulièrement efficace sur scène. Tout cela est assez compliqué, mais c’est pour ça que cette rencontre a pu durer aussi longtemps. »

De cette rencontre sont nés quatre albums, deux avec le Taraf de Caransebes : Sag An Tan Ell (Silex, 1994), Dor (La World/RCA, 1998) ; un autre avec les Balkaniks, Pruna (Le Chant du Monde, 2004) ; un quatrième où Marchand réunit Costica Olan, Jacky Molard et Viorel Tajkuna, Unu Daou Tri Chtar (Innacor, 2006).

Erik Marchand et le Taraf de Carancebes (Huy 2002)

En 2013, le festival Europhonik programme l’ensemble, qui se reforme. Il est de nouveau sollicité pour la saison France-Roumanie 2019. Dans sa formation actuelle, le Taraf de Caransebes retrouve sa formule de base avec deux changements : un nouvel accordéoniste remplace son cousin décédé il y a une dizaine d’années ; un cymbaliste moldave a intégré l’ensemble. La création du répertoire a eu lieu à l’Abbaye de Beauport au printemps dernier, suivie par un concert à Quimper. Pour cette soirée de Paimpol, tous les membres de l’orchestre ont fait preuve d’une incroyable virtuosité, sans oublier de faire danser.

Et c’est avec la formidable intensité de cette musique que notre festival s’achève.

La prochaine édition est déjà annoncée pour les 13, 14 et 15 août 2021. On espère bien y retrouver l’ambiance qui a régnée sur ces quatre derniers jours. À l’esprit du chant de marin se mêlera ainsi la bonne humeur ensoleillée de festivaliers heureux et d’organisateurs détendus.