Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 


PUBLICITÉ

RÉFUGIÉS ? REFUSÉS ?

S’il était encore là pour le chanter...

Etienne Bours

En 1982, Leny Escudero a écrit et chanté une chanson intitulée « « Le siècle des réfugiés ». S’il avait su que ce siècle en était plusieurs…, s’il était encore là pour le chanter…

 

Il y chantait notamment :

« Des humiliés, des sans logis qui tremblent

Les oubliés aux mal partis ressemblent

Ils sont toujours les bras ballants

D’un pied sur l’autre mal à l’aise

Le cul posé entre deux chaises

Tout étonné d’être vivant

Ils sont souvent les en-dehors

Ceux qui n’écriront pas l’histoire

Et devant eux c’est la nuit noire

Et derrière eux marche la mort

Ils sont toujours les emmerdants

Les empêcheurs, les trouble-fêtes

Qui n’ont pas su baisser la tête

Qui sont venus à contretemps

Dans tel pays c’est mal venu

Venir au monde t’emprisonne

Et chaque jour on te pardonne

Puis on ne te pardonne plus… »

Puis on te pardonne plus… On en arrive alors à ce qu’on voit ou à ce qu’on entend chaque jour : refuge et refus, ces deux mots qui se ressemblent et se téléscopent sans cesse. Ressort dramatique de la langue française, ressort tendu qui vous renvoie d’où vous venez, avec violence bien souvent. Ce refus de refuge, mélange de peur, de méconnaissance et parfois de haine, se nourrit de fantasmes. Nous sommes dans des pays qui devraient accueillir des milliers ou dizaines de milliers de ces âmes errantes et la foule tremble, se voile la face et oublie qu’ils sont des millions en d’autres régions, entassés dans des camps de misère à attendre, attendre et encore attendre. Beaucoup, sans doute, n’attendent plus rien, se contentant de vivre au jour le jour hors du danger qu’ils ont fui. Si la mort ne marche plus derrière, il n’y a pour autant rien devant.

Mais la foule dans son refus se contente souvent d’écouter et de croire ceux qui prétendent parler en son nom. Comme cette ministre française des Affaires Européennes qui parlait des migrants se livrant à une sorte de « shopping de l’asile » comme s’ils choisissaient leur destination dans un catalogue de voyages organisés. Comment oublier le nom de cette ministre ? Elle s’appelle Loiseau, est incapable d’envol et n’hésite aucunement à couper les ailes aux autres.

Entendre et écouter sont pourtant, peut-être bien, les deux maîtres mots d’une avancée plus sereine au sein de ce labyrinthe des réfugiés.

Mon plus cher ami, le plus ancien aussi, a travaillé plus de trente ans au UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés). Il a occupé divers postes et responsabilités sur le terrain et a acquis une expertise dans le domaine des droits des réfugiés et la protection des droits de l’homme au niveau international. Matières complexes qu’il continue d’enseigner en maints endroits. Il a vu les aberrations et abominations des énormes camps de réfugiés en Afrique, en Amérique Centrale, en Asie…, il a étudié les situations sur le sol européen et n’a de cesse de vouloir les améliorer alors qu’il pourrait profiter de sa retraite et regarder dans une autre direction. Lors de notre dernière conversation, je lui parlais de ces initiatives lancées par ce qu’on appelle des opérateurs culturels qui tentent de tisser des liens entre les réfugiés arrivés sur nos terres et les populations locales. En me limitant à la musique, je citais Muziekpublique à Bruxelles, cette organisation indispensable qui rassemble musiciens et chanteurs par-delà les préjugés et les jugements à l’emporte-pièce.

Un premier spectacle a vu le jour sous le titre Refugees for refugees. Un CD est sorti dans la foulée, le suivant est en préparation. Les organisateurs qui tentent autre chose qu’un remplissage de salle sur une tendance dite actuelle, accueillent ce concert. Question de présenter aux publics (au pluriel parce que très différents selon les lieux) chanteurs et instrumentistes venus de Syrie, Iraq, Tibet, Afghanisatn, Pakistan… Venus chez nous, éparpillés entre les villes belges et parfois voisines, obligés d’apprendre d’autres langues, obligés de se refaire une vie et une carrière. Les Syriens, par exemple, étaient tous maîtres de leur instrument ou de leur voix dans les prestigieuses institutions d’Alep. Je parlais donc de cela en devisant avec mon ami sur un chemin de montagne, expliquant en quelque sorte quelques légers exemples de mes préoccupations qui me paraissaient bien maigres face aux siennes. Il est vrai que j’aime m’attacher à présenter ce genre de concert tout en sachant que je ne suis qu’un faible ricochet du travail des artisans de paix que sont les membres de Muziekpublique.

Mais qu’est-ce face à l’inextricable droit international avec lequel mon ami ferraille depuis tant d’années ? Je l’entendis pourtant me répondre que ce que font ces producteurs, organisateurs et présentateurs de concert est absolument indispensable. Il insista même pour m’expliquer que tout le travail fastidieux auquel il participe au niveau mondial a plus que jamais besoin de ce travail d’ouverture, en autant de pays que possible, entre des cultures que d’aucuns croient antagonistes. Je n’ai jamais pu m’empêcher de penser que ce que nous faisons pour ouvrir l’esprit des uns aux expressions des autres n’était qu’une goutte d’eau dans une marre à la surface nauséabonde et aux profondeurs insondables. Mais voilà que mon ami me rappelait à quel point cette goutte d’eau est nécessaire, indispensable, à tout jamais utile.

Voilà qu’un gars qui a pris le temps, mais très peu de temps, de tâter du banjo américain puis de l’accordéon diatonique (appris d’un camarade français lorsqu’il était en poste au Soudan, ça ne s’invente pas), voilà qu’il me conforte dans cette sorte de militantisme musical (excusez du peu) qui m’a toujours animé dans mes envies de découvrir et faire découvrir les musiques des autres. Je parle au singulier puisque nous n’étions que deux sur ce chemin mais ceci vaut pour tous ceux, nombreux, qui sont animés des mêmes intentions. Continuons, contre vents et marées à faire entendre les musiques des autres, de tous les autres, qu’ils soient chez nous depuis belle lurette ou « fraîchement » débarqués, qu’ils soient loin d’ici ou sur le pallier d’en face, qu’ils soient réfugiés, sans-papiers, clandestins, délaissés, rejetés, oubliés, refusés, ou tout simplement allocataires montrés du doigt…

« On nous dit: « c’est complet, c’est plein

On ne sait déjà pas que faire

Des sans-papiers, des clandestins

Des réfugiés de toutes les guerres.

C’est facile de tendre la main,

Où s’arrêt’ ra la surenchère? »

Mais où vont les êtres humains

Que l’on reconduit aux frontières? »

(Jofroi : Frontières)

Jofroi - Photo DR

P.S. : Cet ami dont je parle s’appelle Jean-François Durieux. On peut l’écouter sur le net, souvent en anglais. Il participe notamment à une sorte de table ronde pour exprimer en quoi consiste le travail humanitaire : 2013 E&H Week Panel, « What is it like to work in a humanitarian crisis » CLIC

Etienne Bours et Jean-François Durieux - Photo DR

Muziekpublique est une association essentielle dont vous pourrez apprendre beaucoup en consultant leur site : www.muziekpublique.be