Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 

 

De l’uniformisation de la musique en France

Il est des sites, pardon, des webzines qui peuvent rendre jaloux par leur qualité !

Rocknfool est de ceux là. Les articles sur la culture sont souvent parfaits : diversité, liberté de ton et humour. L’équipe est principalement feminine, ceci explique peut-être cela. La rédactrice en “cheffe” Sabine (Swann pour le webzine) avoue sur sa fiche de présentation aimer, entre autres : “…Le vieux-folk, le néo-folk, le rock-folk… le blues, la country…”- On aime ça !.

 

L’équipe se définie ainsi  :

“Rocknfool est un webzine culturel qui fait la part belle à la musique indé, mais qui n’oublie pas le reste. On parle de rock, de folk, de pop culture mais aussi d’expositions, de BDs, de série et de ciné. On regarde un peu la télé, parfois, et on fait des chroniques. Souvent. On rencontre des groupes, on pose des questions décalées, on fait des playlists qui font pleurer et on pique des colères aussi. Oui, ça nous arrive, mais pas toujours.”

 

 Le “billet ” du 22 Janvier dernier signé "Rocknfool" est juste parfait. Tout est dit !

“BILLET D’HUMEUR – Les Victoires de la musique et les programmations de festivals prouvent une chose : il n’y a plus de place pour l’originalité dans l’industrie musicale. C’est dommage.

La scène musicale française est belle. Elle est riche. Elle est diversifiée. Elle est pop, rap, électronique, rock. Mais il suffit d’allumer sa radio, sa télévision, regarder Spotify pour se rendre compte qu’une poignée d’artistes est mise en avant. Les mêmes. Toujours les mêmes. En écoutant la radio, en regardant la télé, on constate qu’une partie de la musique française est mise à disposition. Du coup, il faut corriger la première phrase de cet article. C’est la scène alternative, indé, underground française qui est belle. On y trouve de tout.

Encore faut-il faire l’effort de l’écouter, rechercher quelque chose de différent. Encore faut-il vouloir aller se balader dans les petites salles de concert (quand il en reste), dans les scènes les plus reculées des festivals et ne pas se cantonner aux grosses. Faire preuve de curiosité. Encore faut-il que les canaux de diffusions fassent aussi l’effort de proposer autre chose que du « prêt-à-consommer ».

Les Victoires de la musique disaient vouloir innover pour sa cérémonie 2020. Lundi 13 janvier, l’institution a diffusé la liste des nommés. Elle est évidemment sans surprise. Angèle, Philippe Katerine et Alain Souchon culminent au top des nominations avec trois chacun. Deux pour Lomepal et Clara Luciani. Hoshi, Pomme, Malik Djoudi, Aloïse Sauvage figurent dans les catégories révélations… Sauf que ces révélations ne sont pas vraiment des révélations, la plupart des albums datent déjà d’il y a deux ans, mais passons.

 

Lire impérativement la suite sur : Rocknfool