Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Des mondes de musiques

 En lisant avec gourmandise les articles de 5planètes.com, vous pouvez écouter Canal Breizh, en cliquant sur le logo.

 

 

 

 

 

SCOIL GHEIMHRIDH GHAOTH DOBHAIR

Philippe Cousin (Texte et photos - ouverture Louise Mulcahy) - English translation at the end

Frankie Kennedy, flûtiste de Belfast, est décédé en septembre 1994 à l’âge de 39 ans. En décembre de la même année, la famille Ó Maonaigh et les proches de Frankie organisaient une rencontre de musiciens sur quelques jours. Et durant vingt ans la Frankie Kennedy Winter School accueillait classes musicales et concerts.

En 2014 une association se montait pour prendre la relève. C’est ainsi que naissait la Scoil Gheimhridh Ghaoth Dobhair (École d’hiver de Gaoth Dobhair). Six ans plus tard ce festival est toujours là, bien ancré dans ce territoire irlandophone, pour soutenir et mettre en valeur la très vivante culture musicale du comté le plus septentrional de la République d’Irlande, le Donegal. Durant six jours une foule toujours plus grande se massait tant aux classes qu’aux nombreux concerts proposés. 2019 année de tous les records puisque tous spectacles et classes confondus, le festival a accueilli plus de 1.400 personnes.

L.Mulcahy, S.Friel & guests

Deux-cent-vingt musiciens amateurs, un record absolu, enfants comme adultes, s’étaient inscrits aux vingt-deux cours proposés. Des étudiants parfois venus de très loin puisqu’on y dénombrait une quinzaine de nationalités : Néo-Zélandais, Coréens du Sud, Brésiliens, Argentins, Américains, Canadiens, Scandinaves, Européens divers et enfin des musiciens venus du Royaume-Uni et d’Irlande. Des classes encadrées par l’élite de la musique traditionnelle irlandaise. Qu’on en juge un peu.

Barry Kerr, Mick O'Brien & Louise Mulcahy

Flûte avec Barry Kerr et Louise Mulcahy, tin whistle avec Anna Friel et Maureen McGrattan, uilleann pipes avec Mick O’Brien et Síle Friel, accordéon diatonique avec Dan Brouder, Concertina avec Tony O’Connell et Caitlín Nic Gabhann, bodhrán avec Séamus O’Kane, guitare avec John McIntyre, harpe avec Síle Denvir, banjo avec Angelina Carberry, sean-nós dancing avec Edwina Guckian, sean-nós singing avec Diane Cannon. Et gardons le meilleur pour la fin. L’instrument emblématique du Donegal, s’il en est un : le fiddle. Pas moins de huit classes selon les différents niveaux des étudiants, encadrés par quelques pointures de la scène irlandaise : Mairéad Ní Mhaonaigh, Martin McGinley, Tara Connaghan, Clare Friel, Cathal Ó Curráin, Ciarán Ó Maonaigh, Zoë Conway et Bríd Harper.. Excusez du peu ! Mille-deux-cent spectateurs environ ont assisté aux différents concerts de l’après-midi et du soir, organisés dans plusieurs pubs et salles de Gaoth Dobhair. On a ainsi pu applaudir Louise Mulcahy, Síle Friel et une dizaine de jeunes filles lors d’une soirée qui n’accueillait que des joueuses d’uilleann pipes.

Le lendemain concert du nouveau groupe de Bríd Harper, Uaine, en compagnie de Tony O’Connell, Paul Meehan et Lisa Butler. Puis soirée exceptionnelle autour de la chanteuse écossaise Julie Fowlis, la violoniste Zoë Conway, le guitariste John McIntyre et le bouzoukiste Éamon Doorley. Eux-mêmes précédés du chœur de Dominic Mac Gíolla Bhríde.

J.Fowlis & Z.Conway

Le lundi soir c’est le groupe Fidil composé de Ciarán Ó Maonaigh, Aidan O’Donnell et Damien McGeehan qui présentaient leur tout récent album Decade en compagnie de quelques invités de choix. Plus tôt dans l’après-midi place à la danse avec un céilí animé par Jimmy Campbell et son fils Peter, ainsi que Bríd Harper et quelques autres.

Bríd Harper & Tony O'Connell

Enfin pour terminer l’année en musique et en beauté, c’est le célèbre groupe de Sligo, j’ai nommé Dervish, eux-mêmes précédés d’une formation de circonstance composée de six des professeurs des classes. Dervish su déployer une énergie hors du commun et a su dès le départ mettre le feu à la salle qui battait des mains et des pieds, dansait, chantait, criait même. Bref une ambiance de folie jusque tard dans la nuit.

Dervish

Et pour les esprits désembrumés, le lendemain 1er janvier, une après-midi de chansons en irlandais et en anglais était proposée au pub Hiúdaí Beag.

Et je ne saurais bien entendu oublier les innombrables sessions musicales qui avaient lieu tous les jours dans les nombreux pubs du coin et réunissaient tous les musiciens, aguerris ou pas, présents sur place.

Session at Hudi's

Une bien belle édition ma foi qui prouve une fois encore que la musique traditionnelle a toute sa place dans ces terres du Donegal. Plus qu’à attendre un an maintenant pour assister à la septième édition de la Scoil Gheimhridh Ghaoth Dobhair.

Session at Hudi's

 

 

Frankie Kennedy, flutist from Belfast, died in September 1994 at the age of 39. In December of the same year, the Ó Maonaigh family and Frankie's relatives organized a meeting of musicians over a few days. And during twenty years the Frankie Kennedy Winter School hosted music classes and concerts.

In 2014 an association was set up to take over. Thus was born the Scoil Gheimhridh Ghaoth Dobhair. Six years later, this festival is still there, well anchored in this Irish-speaking territory, to support and highlight the very lively musical culture of the northernmost county of the Republic of Ireland, Donegal.

For six days, an ever-growing crowd flocked to both the classes and the many concerts on offer. 2019 was a record year for the festival, with more than 1,400 people attending all shows and classes.

Two hundred and twenty amateur musicians, an absolute record, children and adults alike, had registered for the twenty-two classes on offer. Students sometimes came from very far away as there were about fifteen nationalities: New Zealanders, South Koreans, Brazilians, Argentinians, Americans, Canadians, Scandinavians, various Europeans and finally musicians from the United Kingdom and Ireland. Classes supervised by the elite of Irish traditional music. Let's judge a little.

Flute with Barry Kerr and Louise Mulcahy, tin whistle with Anna Friel and Maureen McGrattan, uilleann pipes with Mick O'Brien and Síle Friel, diatonic accordion with Dan Brouder, Concertina with Tony O'Connell and Caitlín Nic Gabhann, bodhrán with Séamus O'Kane, guitar with John McIntyre, harp with Síle Denvir, banjo with Angelina Carberry, sean-nós dancing with Edwina Guckian, sean-nós singing with Diane Cannon. And let's save the best for last. Donegal's emblematic instrument, if there is one: the fiddle. No less than eight classes for different levels of students, supervised by some of the biggest names on the Irish scene: Mairéad Ní Mhaonaigh, Martin McGinley, Tara Connaghan, Clare Friel, Cathal Ó Curráin, Ciarán Ó Maonaigh, Zoë Conway and Bríd Harper. Apologize for little!

Approximately 1,200 spectators attended the various afternoon and evening concerts held in several pubs and halls in Gaoth Dobhair. Louise Mulcahy, Síle Friel and a dozen young girls were applauded during an evening that was attended only by uilleann pipe players.

The next day, a concert by Bríd Harper's new band, Uaine, with Tony O'Connell, Paul Meehan and Lisa Butler. Then an exceptional evening with Scottish singer Julie Fowlis, fiddler Zoë Conway, guitarist John McIntyre and bouzouki player Éamon Doorley. They were preceded by Dominic Mac Gíolla Bhríde and Glórthaí Ulaidh.

On Monday night, the band Fidil, made up of Ciarán Ó Maonaigh, Aidan O'Donnell and Damien McGeehan, presented their latest album Decade with some special guests.

Earlier in the afternoon it was time to dance with a céilí hosted by Jimmy Campbell and his son Peter, as well as Bríd Harper and a few others.

Finally, to end the year in music and beauty, it is the famous Sligo band, I named Dervish, themselves preceded by a special training consisting of six of the teachers of the classes. Dervish knew how to deploy an extraordinary energy and knew from the beginning how to set fire to the room which clapped hands and feet, danced, sang, even shouted. In short, an atmosphere of madness until late at night.

And for those who were not so sure, the next day, January 1st, an afternoon of songs in Irish and English was offered at the Hiúdaí Beag pub.

And of course, I can't forget the countless musical sessions that took place every day in the many pubs in the area, bringing together all the musicians, experienced or not, present on site.

A very nice edition, which proves once again that traditional music has its place in these lands of Donegal.

We only have to wait a year now to attend the seventh edition of the Scoil Gheimhridh Ghaoth Dobhair.